Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[11/09/2016] LA TRIFOUILLETTE

Publié par David Gueudet sur 11 Septembre 2016, 12:19pm

Catégories : #COURSE À PIED

Photos par Trace&Route

Photos par Trace&Route

La Trifouillette

(Igny [91])

14 kilomètres

 

Une semaine après ma très satisfaisante course à Tournan-en-Brie (19,2 km en 1h20, 11e au scratch et 1er espoir), je retourne cette fois dans l'Essonne pour participer à la deuxième édition de La Trifouillette, à Igny. Je connais un peu le coin car c'est juste à côté de Vauhallan où j'ai disputé le Castor Fou en 2015 et 2016 ainsi que le Castor Garou en 2015. Le Trail du Josas cette année est aussi passé par-là. Je m'attends donc à une sympathique course, d'autant qu'elle est placée dans le cadre du Festi'vallée d'Igny. Le village d'accueil de la course est donc aussi celui de nombreux exposants et artisans locaux.

Dimanche matin, je me lève sur les coups de 7h30 pour partir peu après 8h00 de chez moi. J'arrive avant 9h00 à Igny et je file récupérer mon dossard. Aujourd'hui, ce sera le numéro 137. Je jette un coup d'oeil à la liste des pré-inscrits.. Nous serons au moins 2 espoirs ! Cool, je ne suis pas seul cette fois. Je retourne à la voiture pour me préparer. Le temps est gris mais plutôt doux. La météo est assez particulière ce matin, il fait assez lourd mais en même temps, j'ai un peu froid en tee-shirt. Bon, de toute manière, pour courir, ce sera mon cuissard court et mon tee-shirt Kikouroù avec la casquette associée, au cas où d'autres kikoureurs soient sur la course. J'enfile aussi mes Asics après hésitation avec les Kalenji plus typés Trail. Le terrain devrait être plutôt sec et mes dernières sorties avec les Gel-emperor 2 ont été plutôt positives (Le Bélier et Tourn'en vert).

Une fois prêt, je reviens dans l'aire de départ où je croise 2 kikoureurs.. Pratique le tee-shirt ! D'abord, doudou puis Whadda, tous deux déjà vus lors du Castor Fou en juin dernier. Il est ensuite temps de se positionner sur la ligne de départ. Oups, tout le monde est dans le mauvais sens puisque celui-ci est différent de l'année passée. Je reste aux abords de l'arche pour me placer en première ligne et éviter d'être enfermé en début de course. Mission réussie, je suis devant, complètement sur le côté gauche.

Le départ est retardé car les signaleurs remettent de la rubalise en place après que certains passages aient été "débalisés" un peu sauvagement par des passants. Nous nous élançons donc à 10h15 au lieu de 10h00. C'est parti au coup de pistolet ! Ah mince, là aussi, c'est manqué, le coup de pétard ne part pas mais la course, elle, oui.

[11/09/2016] LA TRIFOUILLETTE

Première boucle : Kilomètre 0 à 7

 

Je choisis de partir assez vite en suivant le rythme des premiers sur quelques hectomètres. Cela ne part pas très fort donc je peux tenir la cadence avant de me mettre progressivement à mon rythme. Ce début de course me permet de bien me positionner, me voilà 11ème après les premiers virages et faux-plats.

Je continue de diminuer légèrement mon allure à l'entame de la première difficulté du parcours.. Et c'est la plus costaude, une belle bosse qui n'en finit pas. Après un passage assez raide, nous avons encore quelques faux-plats montants à négocier. Je me force à continuer de courir, un objectif que je vais conserver durant toute la course.

Ensuite, il faut relancer. Je n'ai pas de super sensations, pas tout à fait les mêmes jambes que la semaine passée mais il faut aussi dire que le terrain est plus difficile, moins roulant. Nous sommes sur des chemins dans les bois comme je les aime, à l'exception que je les trouve parfois un peu trop larges et en ligne droite. J'aime quand ça tourne et que cela prend la forme de singles. Je vais être un peu mieux servi sur la suite de la course.

Malgré cela, mon tempo reste plutôt bon. Je maintiens l'écart avec ceux que j'ai en ligne de mire et cela ne revient pas beaucoup de l'arrière. Après quelques kilomètres, je suis 14ème. C'est alors que me doublent successivement un coureur avec un tee-shirt blanc où il est indiqué "Antony Natation" et un autre de l'US Metro. Je suis donc désormais 16ème. Sur une descente bien raide, je recolle presque avec les deux coureurs qui me précèdent, à grandes enjambées, avant de ralentir pour retrouver une allure raisonnable et gérable au niveau du souffle.

Le terrain est alors plus déroulant avec moins de lignes droites, plus de tournants, je suis plus à l'aise. Au 6eme kilomètre, le bénévole m'indique que le 1er est 2 minutes devant. Inutile d'imaginer quoique ce soit pour autant, les leaders sont inaccessibles. Je conserve ma position jusqu'à la fin de la première boucle.

J'ai fait les 7 premiers kilomètres en 31 minutes environ et je reste encore en bon état de forme bien que je ne me ménage pas. Je peux difficilement accélérer mais je parviens à tenir le rythme. Nous passons par le village départ/arrivée pour la mi-course. Là, le coureur de l'US Metro s'arrête nettement, sans doute auprès de ses proches. Je ne le reverrai plus, j'ignore s'il a juste pris le temps de souffler ou s'il s'est arrêté. Reste en ligne de mire devant moi le coureur d'Antony Natation et un peu plus au loin un coureur au tee-shirt noir qui semble plus irrégulier dans ses efforts.

Je zappe le ravitaillement, préférant me concentrer sur ma course et le bon résultat que je peux réaliser. Je transpire bien mais j'ai bu avant la course et j'aurai l'occasion de bien m'hydrater après. Ce n'est pas forcément un choix dont je suis satisfait mais je ne pense pas que cela m'ait été préjudiciable sur la suite. Allez, c'est parti pour la deuxième boucle.

[11/09/2016] LA TRIFOUILLETTE

Deuxième partie : Kilomètre 7 à l'arrivée (km 14)

 

Ça y est, la moitié de la course est faite, reste à présent à gérer les sept derniers kilomètres. Nous reprenons alors le même chemin qu'en début de course sur un peu plus d'un kilomètre avant de prendre la bifurcation du 7 kilomètres puisque notre deuxième boucle est celle de la course courte de La Trifouillette.

Sur ces premières centaines de mètres, nous croisons pas mal de coureurs et marcheurs qui ne font pas partie de la course. Globalement, le partage du chemin se fait plutôt bien mais l'on ne peut pas trop vanter les efforts faits par ces locaux car ils ne sont pas particulièrement coopératifs. Outre quelques encouragements, nous ne pouvons guère trop compter sur eux pour nous frayer un chemin. Peu importe, je ne suis pas vraiment gêné ni ralenti donc je poursuis sur ma lancée, toujours avec le même coureur en ligne de mire devant moi.

Nous franchissons la bifurcation sans douter malgré qu'il n'y ait là aucun signaleur ni aucune information au sol nous assurant du chemin à prendre. En effet, il y a une flèche vers la droite avec indiqué "14km" et une tout droit avec "7km". Nous allons tout droit car l'on sait que la deuxième boucle n'est pas la même que la première et que nous prenons le tracé du 7 kilomètres mais avec un poil moins de lucidité, nous aurions facilement pu nous tromper, étant assez esseulés sur le parcours (en terme de concurrents car autrement, le reste du temps, il y a plutôt une abondance satisfaisante de bénévoles).

Je jette là un coup d'oeil derrière, personne à proximité. Nous continuons d'avancer et franchissons le "kilomètre 9" qui est bien indiqué, ouf, nous sommes sur la bonne voie. Progressivement, je rattrape le coureur au tee-shirt noir qui s'est fait passer par mon point de mire permanent. Je finis par le dépasser sur une portion favorable (un léger faux-plat descendant). Il a l'air dans le dur et a du mal à relancer.

Là, l'on prend sèchement à droite sur une ruelle bitumée assez raide. J'avance à petites foulées en tâchant de garder une bonne allure pour maintenir les écarts avec celui qui me précède et celui qui me suit désormais. L'on continue un peu sur la route avant de retrouver les bois où la deuxième difficulté majeure du parcours nous attend. Mais cette fois, c'est bien moins long. Cependant, le coureur d'Antony Natation renonce tout de même à courir toute la montée et se met à marcher. De mon côté, je diminue l'allure mais je continue de courir, à petites foulées. Je reviens progressivement sur lui et je sens que mon poursuivant ne parvient pas à tenir la cadence.

Sur le haut de la difficulté, le gars que je poursuis relance sèchement à bonne allure quand sur la même portion, je ne relance qu'avec mon élan, ne voulant pas me mettre dans le rouge. L'écart se creuse à nouveau avant que je ne retrouve une allure me permettant de le stabiliser. Globalement, je suis tout en gestion. Je ne m'affole pas selon les situations, j'essaie de rester concentré sur ma propre course et de faire les efforts que ma condition au moment particulier me permet. Je ne force pas mais je ne me préserve pas non plus. 14 kilomètres, c'est long, mais c'est aussi très court.. Il faut sans cesse relancer et courir vite pour prétendre à un bon classement.

Après un petit coup de moins bien du kilomètre 8 au 10 environ, cela va mieux. Je continue de bien placer ma respiration et garde le rythme. À l'abord d'une courte descente, le coureur d'Antony Natation se trompe de chemin et prend légèrement à droite au lieu de prendre légèrement à gauche. Il se reprend mais cela me permet de revenir à son niveau. Il relance bien et je reste dans sa foulée. Petit à petit, il reprend quelques mètres d'avance sur des portions sur lesquelles je préfère ne pas accélérer et me contente de le garder peu devant moi.

Cela fait un long moment que je n'ai plus vu personne d'autre que lui, ni devant, ni derrière. Nous abordons les derniers kilomètres à ces places de 13 et 14ème que nous aurons eu un bon moment. Au niveau des sensations, cela va un peu mieux, les dernières bornes passent plutôt bien et je finis en bonne condition. Nous rattrapons alors les derniers concurrents du 7 kilomètres qui en finissent eux aussi de leur course. Ils sont partis environ un quart d'heure après nous. Je reconnais la route que j'ai emprunté pour rejoindre le village départ avant la course et je sais qu'il nous reste un dernier kilomètre à boucler, sur le bitume.

Dernière petite difficulté avec marches à passer puis nous plongeons vers ce qui est désormais pour nous le village arrivée. Quelques encouragements des spectateurs présents et nous en finissons des 14 kilomètres de cette agréable Trifouillette ! Je prend de l'eau, un morceau d'orange et un peu de chocolat noir au ravitaillement avant de saluer celui que j'ai dépassé dans la deuxième boucle et qui n'est pas parvenu à m'accrocher. Je passe aussi voir le fameux coureur d'Antony Natation que j'ai eu en ligne de mire pendant toute la course, un super point de repère.

[11/09/2016] LA TRIFOUILLETTE

Résultat

 

En attendant la publication des résultats, je file récupérer ma veste et ma bouteille d'eau à la voiture. J'en profite pour encourager tous les coureurs de 14 kilomètres que je croise et à qui il reste 1 kilomètre à parcourir. Je retourne ensuite dans l'aire d'arrivée où je retrouve Whadda qui finit en 1h05, à la 30ème position. Personnellement, j'en termine en 1h01'18 à la 14ème place au scratch. Un nouveau résultat qui me satisfait pleinement d'autant que je suis 1er espoir, et sur 3 cette fois. Je termine 11 minutes avant le deuxième de ma catégorie. À noter que nous étions quand même près de 350 au départ et qu'il y a au moins 331 arrivants.

Petit cafouillage ensuite puisque j'apprends qu'il n'y a pas de classement Espoirs mais un classement Espoirs - Seniors. Cependant, alors que je discute avec Whadda, je suis bel et bien appelé sur le podium, en tant que "2eme espoir - senior" de la course. J'en déduis donc qu'un compromis a été fait pour permettre au 1er espoir d'être récompensé, le 3eme de la catégorie étant surement le 2eme senior de la course. En tout cas, une belle satisfaction pour moi.

La suite...

 

Après ces deux courses pleinement satisfaisantes, j'espère évidemment pouvoir continuer sur ma lancée la semaine prochaine mais cela sera sans doute bien différent puisque je participe aux 11,5 kilomètres des Foulées des Brettes à Villabé (91). Cela risque d'être une course très rapide, un profil sur lequel je ne suis pas forcément très à l'aise.. Mais on verra bien !

Je ne m'attends en tout cas pas à un résultat aussi plaisant qu'à Tourn'en Vert et qu'à La Trifouillette, deux courses sur lesquelles je me suis agréablement surpris. Mais quand même, vivement la suite !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents