Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[14/07/2016] FOULÉES DAMMARTINOISES

Publié par David Gueudet sur 14 Juillet 2016, 11:18am

[14/07/2016] FOULÉES DAMMARTINOISES

Foulées dammartinoises

10 kilomètres

À Dammartin-sur-Tigeaux (77)

 

Douze jours après la Montagn'Hard, me voilà avec l'envie de reprendre un dossard et de participer à une nouvelle course. Autrement, il faut que j'attende le 14 août et le Trail des Fantômes sur lequel je serai cette année encore. 1 mois et demi sans course, c'est long. Alors, quatre jours après le tournoi de Badminton de Val d'Europe, je débarque à Dammartin-sur-Tigeaux pour une nouvelle compétition. Cela fait deux jours que je songe à en être. Je sens bien que j'ai récupéré de la MH mais je reste raisonnable en envisageant de ne faire que le 5 kilomètres. Sauf qu'évidemment, arrivé sur place, je fais comme je l'ai finalement prévu depuis la veille au soir en me plaçant dans la file d'inscriptions au 10 kilomètres. Le coin est assez vallonné, dans cette campagne seine-et-marnaise, donc le parcours devrait être sympa, autant le faire deux fois ! Je m'inscris donc en dernier instant et je récupère mon dossard, le 187. Je retourne à la voiture pour me préparer avant le départ de la course prévu pour 9h45.

 

Comme pour chaque course sur route, je chausse mes Asics Gel-Emperor 2 tandis que je porte mon cuissard court - il ne fait pas très chaud (12-13°C) mais je ne compte quand même pas y aller à allure d'escargot, donc autant prévoir court - ainsi que mon tout nouveau tee-shirt Kikouroù (première utilisation !). Et évidemment, la casquette qui va avec ! Une fois prêt, je rejoins l'aire de départ, en voyant passer les coureurs du 5km qui se sont élancés peu de temps avant. Ils ne sont pas très nombreux mais cela va plutôt vite. Je monte une pente assez longue que nous prendrons dans l'autre sens dès le début de la course. Je vois alors l'arche de départ sous lequel je me positionne.

 

À quelques instants du départ de la course et alors que nous laissons passer les deux premiers de la marche nordique, voilà que l'arche bleu du départ se dégonfle et commence à s'effondrer ! On se croirait au Tour de France cycliste où il y a quelques jours la même chose s'est passée à un kilomètre de l'arrivée d'une étape. Tant pis, après que le peloton se soit un peu avancé, l'arche est mis sur le côté et tout le monde reprend sa place. Ainsi, le départ est vite donné puisque les minutes le précédant se sont vite écoulées.

 

C'est parti, nous nous élançons pour une première grosse descente bien roulante de quelques centaines de mètres. Un départ forcément très rapide, difficile de savoir quel rythme adopter. Du coup, à grandes foulées mais sans emballement, je dépasse pas mal de monde par la droite pour trouver ma place dans le peloton. Je suis plutôt adepte des départs rapides, bien que conscient de la nécessité de gérer sa course. De toute façon, ce que nous descendons là, nous aurons forcément au moins en partie à le remonter. En effet, quelques belles bosses nous attendent même si l'arrivée est tout de même plus basse que le départ (soit un dénivelé négatif plus important que le D+).

 

Après cette longue descente, petite remontée sur la gauche. C'est assez pentu mais court et avec l'élan et la fraîcheur, cela passe très bien. En revanche, nous croisons déjà les premiers de la course qui comptent de bonnes longueurs d'avance ! Deux virages à droite et l'on redescend à nouveau une portion très roulante où l'on croise à notre tour ceux qui sont derrière nous. Nous sommes sur du bitume donc cela avance bien. Le premier kilomètre est très facilement avalé, le deuxième aussi. Portion un peu plus plate ensuite avant de revenir dans la commune de Dammartin pour une alternance de faux plats, un coup descendant, un coup montant. Pas de place à l'ennui, ce sont sans cesse des relances.

 

Sur les premières bosses, je rattrappe sans problème ceux qui sont partis un peu vite, dont un jeune qui est surement cadet. Je n'ai pas d'objectif particulier mais je peux aller chercher une bonne place en catégorie espoir, je ne m'en priverai pas, bien sur. Du coup, j'avance à bonne allure, autour de 15km/h de moyenne à priori. Loin de la tête de course mais sur ce tracé vallonnée, je me fais plaisir et j'envoie quand même pas mal.

 

Ce qui est certain, c'est que j'ai bien récupéré de la Montagn'Hard ! Pas la moindre douleur, pas la moindre gêne. Je suis bien, en forme. Les jambes répondent bien et je suis motivé. Les deux derniers kilomètres de la boucle sont un peu moins évidents, plus exigeants mais c'est justement agréable. La pluie s'invite dans la course, ce qui est plutôt une bonne nouvelle car le rythme et l'enchaînement des petites difficultés font monter la température corporelle. je transpire bien et j'ai chaud, la fraicheur de la pluie fait donc grand bien.

 

Après une dernière montée un peu plus raide que les autres, l'on bascule sur la deuxième partie de la course. Nous allons faire une deuxième fois le parcours mais avec la ligne droite d'arrivée en remplacement de la première partie de la descente faite en tout début de course. L'effort commence à se faire sentir mais je suis bien. Je gère maintenant les kilomètres, en sachant ce qui nous attend. Une descente, puis une remontée sur la gauche avant de basculer à droite vers une nouvelle descente où l'on croise ceux qui nous poursuivent. J'aperçois le cadet que j'ai dépassé auparavant et qui est dans le dur.

 

Retour en direction des champs après un faux-plat descendant sur la route. À deux reprises, nous nous retrouvons sur une départementale dont le côté droit nous est réservé avant de revenir vers la ville. Je continue de faire le yoyo avec pas mal de coureurs dont certains du club de Livry-Gargan (ils sont venus nombreux). Je maintiens l'allure tout en suivant mes sensations. Tout va bien et je n'ai toujours pas vu d'autre jeune que ceux que je sais dorénavant bien derrière moi, une raison de plus pour ne rien lâcher.

 

L'on rattaque les choses sérieuses à 3 kilomètres de l'arrivée avec plus de plat et de portions défavorables. Cependant, tout reste très roulant et c'est ce que j'apprécie. Les côtes cassent l'ennui quand les plats me paraissent bien plus longs qu'au premier passage. Je me motive à suivre un coureur revenu à ma hauteur pour garder une bonne intensité. Je puise un peu mais sans plus, je ne me mets pas dans le rouge. Il reste deux kilomètres, je tiens bien.

 

L'on continue de franchir les différentes portions vallonnées en tâchant de garder une bonne allure dans les côtes et en relançant dans les descentes. Ultime long faux plat descendant où l'on croise tout le peloton qui nous devance à l'attaque du dernier kilomètre de la course. Je suis attentif au profil de chaque coureur comme je l'ai fait au premier tour où j'ai pu voir presque tout le monde. Toujours pas de jeunes en vue, c'est cool ça. Virage à 360°C et hop, on part pour faire ce même chemin en sens inverse. Du coup, là encore, je regarde bien le profil de ceux qui me suivent, et pas de jeunes non plus à l'exception de ceux qui j'ai déjà repérés, qui sont assez loin et pas en mesure de revenir sur moi.

 

Allez, c'est parti pour le dernier kilomètre de course. Je sais ce qui nous attend. Ces dernières centaines de mètres semblent longues mais sont toujours aussi agréables par leur profil. Pas de longues lignes droites, pas de véritables plats, que des relances. Je tiens le rythme et j'attaque la dernière difficulté sur cette lancée. Toujours cette bonne pente sur la gauche que je prends à petites foulées. Arrivé en haut, quel plaisir que d'entendre les encouragements des spectateurs présents. Je dépasse pour la deuxième fois l'athlète handisport qui fait la course en fauteuil (chapeau car en plus, le profil n'est pas idéal !). Mais là, je suis dans ma bulle, alors que je l'avais bien encouragé au premier tour.

 

Allez, dernière relance et voilà la dernière ligne droite qui se profile. Il n'est pas question que quelqu'un me dépasse maintenant. Je zappe comme chaque fois le petit ravitaillement en haut, je m'hydraterai à l'arrivée. Inutile d'accélérer, je ne cherche pas de chrono et les coureurs devant moi sont suffisamment loin. Je garde la même allure et je savoure la fin de course. Je franchis la ligne d'arrivée en 42 minutes et 05 secondes. Je file prendre un morceau d'orange, un morceau de banane, une bouteille d'eau et une barre céréalière chocolatée. D'ailleurs, j'abandonne de terminer cette dernière après quelques bouchées pas très agréables. En revanche, j'engloutis aisèment les 50cl d'eau.

 

Après un passage à la voiture pour me couvrir (j'ai eu chaud en course mais il fait quand même frais !), je discute un peu avec le cadet que j'ai croisé plusieurs fois pendant la course. C'est sa première tandis qu'il fait de l'aviron à l'accoutumée. Il est sans doute parti un peu vite mais s'en est bien sorti pour une première. Ensuite, je retourne dans l'aire où se sont déroulées les inscriptions pour assister aux podiums du 5km et attendre nos résultats.

 

Je retrouve là Melvyn, un espoir déjà croisé sur quelques courses du 77. Il a fini 4ème de la course de 5 kilomètres mais seulement 2ème espoir (!) en 18'47. L'on discute un moment tandis que les résultats sont affichés. Je finis à la 77ème place sur cette course où les clubs d'athlétisme du coin sont venus en nombre, donc assez satisfait même si le classement n'est pas fameux. Et je suis 1er espoir, sur 3 à priori. Je récupère donc ma coupe alors que mes deux poursuivants sont médaillés. Le 2ème finit 2 minutes et 5 secondes après moi, la marge n'était pas très ample. En tout cas, un bien bon bilan pour moi pour cette course improvisée. J'ai décidé de m'y inscrire au dernier moment, j'ai choisi la distance le matin-même et je repars avec de bonnes sensations et du plaisir de cet endroit bien sympa. Il y a de belles côtes dans ce coin, dommage que ce ne soit finalement pas plus proche de la maison.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents