Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[26/06/2016] OXY TRAIL 2016

Publié par David Gueudet sur 26 Juin 2016, 13:40pm

Catégories : #COURSE À PIED

[26/06/2016] OXY TRAIL 2016
Le contexte

Depuis 2013, c'est mon rendez-vous annuel, la course de mes débuts. C'est l'Oxy Trail qui a été ma toute première course à pied l'année de sa création et depuis, j'y reviens chaque fois, à la fin du mois de juin. Après deux participations sur le 13 kilomètres (1h07 en 2013 puis un poil moins de 1h05 en 2014), j'ai fait le 23 en 2015 (1h54 et 1er espoir). Mais en 2016, je reviens sur le 13 kilomètres pour deux raisons. La première et la principale, c'est que je dois être raisonnable et ne pas prendre de risque à 6 jours de mon objectif de l'année. Je le sais, samedi prochain, j'aurai besoin de beaucoup de jus pour parvenir à boucler les 60 kilomètres et quasi 5000 mètres de dénivelé positif de la Montagn'Hard ! En plus, je tiens à savoir où j'en suis en terme de capacités. Je pense qu'en 2015, j'aurais fait bien mieux que les deux années précédentes car j'ai progressé mais en ayant fait le 23km, je n'ai pas d'indicateur. Cette fois, le chrono sera plus parlant !

Sur la première ligne avec Dylan, peu avant le départ de la course

Sur la première ligne avec Dylan, peu avant le départ de la course

L'avant-course

Ce dimanche matin, je passe chercher Dylan et Cédric, deux amis qui habitent à Saint-Thibault. Le premier va participer à sa première course à pied en prenant part au 13 kilomètres tandis que le deuxième revient en supporter de luxe comme il l'avait fait en 2015. De mon côté, j'ai récupéré la veille mon dossard - le 1594 - et le package qui l'accompagne. Je suis prêt, vêtu de manière très classique avec mes Asics aux pieds, mon short collant et mon tee-shirt Oxy Trail vert. J'ai également la casquette Kikouroù sur la tête. Dès que Dylan a récupéré son dossard et que nous sommes en tenue, nous rejoignons le sas de départ pour nous positionner avant que les près de 2000 autres coureurs ne viennent s'y entasser.

Photos d'avant-course prises par notre cher accompagnateur CédricPhotos d'avant-course prises par notre cher accompagnateur Cédric

Photos d'avant-course prises par notre cher accompagnateur Cédric

La course - 13 kilomètres

9h00 : Au coup de pistolet, le départ est donné ! Placé en première ligne, je suis la tête de course sur les premiers hectomètres pour ne pas me retrouver dans le peloton étant donné les goulots qui arrivent un peu après et qui ralentissent les coureurs trop nombreux pour passer en même temps. Nous sommes plus de 1700 coureurs sur la course, cela fait un sacré cortège. Départ rapide donc avec en plus une bonne descente dans le parc de Noisiel. Je prends mon rythme ensuite, sur la portion plus plate, en tâchant de maintenir une bonne allure. Les jambes semblent plutôt bien répondre, tout va bien.

Nous longeons la Marne en parcourant la ligne droite du parc de Noisiel avant de prendre un virage serré pour quitter le parc et entrer dans les sous-bois avoisinnant, direction Champs-sur-Marne. C'est de suite beaucoup plus étroit. Clairement, j'ai bien fait de partir vite pour ne pas être gêné ici d'autant que le terrain est tout de même un peu humide (alors j'imagine après 1500 piétinements de coureurs...). Cette partie me plaît car ce n'est pas tout plat et il y a un peu de technique, c'est moins monotone.

Par la suite, quelques lignes droites sur chemins caillouteux qui permettent à chacun de prendre sa place au sein du peloton et de trouver son bon rythme. De légers faux-plats montants, l'idéal pour se jauger. Le temps est idéal, il fait bon sans faire trop chaud. Le soleil fait quelques apparitions sans se montrer trop agressif, c'est parfait. Après 4 kilomètres environ, nous arrivons au niveau du château de Champs-sur-Marne dont les jardins nous sont ouverts pour l'occasion. Je zappe le ravitaillement, comme les deux autres placés sur le parcours, ayant l'ambition de finir la course entre 55 minutes et 1 heure. Je sais qu'il ne faut pas que je traîne en route et je n'ai pas besoin ni de m'alimenter ni de m'hydrater sur ce genre de distance.

Photos prises à la sortie de la Cour du Château de Champs-sur-MarnePhotos prises à la sortie de la Cour du Château de Champs-sur-Marne

Photos prises à la sortie de la Cour du Château de Champs-sur-Marne

Nous continuons de parcourir Champs, Noisiel, Lognes et Torcy, sur des portions que je connais bien. Après un passage en gestion sans de trop bonnes sensations, j'arrive au kilomètre 6 sur un bon rythme. Je tiens une bonne allure et je suis assez peu doublé. Vu le monde présent sur le parcours et mon départ rapide, je pensais me faire dépasser assez régulièrement. Aucune gêne, les jambes répondent bien. Je ne me sens pas à 100% de mes capacités mais je suis bien donc je continue sans rien changer.

Les kilomètres continuent de défiler assez vite et à partir des kilomètres 8/9, je me sens vraiment pas mal. Je sais qu'il ne nous reste plus beaucoup de kilomètres même si les derniers paraissent toujours plus longs. En plus, je reconnais bien les zones que nous traversons. Ce sont des endroits où je passe régulièrement quand je fais du vélo. Nous faisons quelques crochets qui allongent le tracé mais je sais bien que le parc de Noisiel n'est plus loin du tout.

Photos prises lors de la traversée de la Ferme du Buisson (Noisiel)Photos prises lors de la traversée de la Ferme du Buisson (Noisiel)

Photos prises lors de la traversée de la Ferme du Buisson (Noisiel)

Lognes, Noisiel, je finis bien la course, en ne me faisant presque plus doubler. Je garde en point de mire devant moi ceux qui me précèdent, sans chercher à accélérer. À deux kilomètres de l'arrivée, nous retournons vers la Marne. Nous passons la bifurcation avec le 23 kilomètres (transformé en 25 cette année) pour tourner à gauche en direction du parc que nous allons retrouver. Je sais qu'il ne nous reste plus grand chose à parcourir mais qu'il y a tout de même la montée finale pour retourner en haut du parc de Noisiel.

Ça y est, nous y revoilà et ça commence à grimper. J'attaque la montée en gestion, en tenant le rythme. Un petit plat avant de retrouver les sous-bois et la grimpette. Au pied de la remontée, voilà Philippe, un ami qui est signaleur sur la course. Comme l'an passé, je l'encourage et il m'encourage. Là, je suis vraiment bien. J'avale facilement la dernière difficulté pour arriver au sommet où je retrouve cette fois Cédric, positionné quasiment au même endroit que l'an passé, au début de la ligne droite finale. Il me glisse un encouragement en me disant que je peux aller chercher les trois qui sont devant. Je n'en ai pas particulièrement l'ambition mais j'ai encore bien du jus donc c'est parti, comme d'habitude, je finis au sprint !

Sur cette dernière ligne droite plate dans l'herbe, je dépasse 5/6 coureurs avec un bon finish et je passe la ligne d'arrivée à pleine vitesse. Une fois la puce retirée de ma chaussure par les bénévoles et la médaille de finisher récupérée, je me ravitaille. Un peu de coca et de pomme.

À présent, je file retrouver Cédric et je l'embarque avec moi vers le bas de la descente où se trouve Philippe qui encourage tous les concurrents. C'est parti pour un peu plus de deux heures à soutenir tous les coureurs qui en terminent de leur 13 kilomètres puis ceux qui bouclent le 23 et enfin, les finishers du 5. Les prénoms étant indiqués sur une majeure partie des dossards, nous prenons plaisir à encourager chacun en disant leur prénom. Franchement, je pense qu'on a assuré dans notre soutien ! En tout cas, on a eu droit à pas mal de sourires, alors que nous étions avec Philippe ou même ensuite quand nous sommes retournés sur le haut de la montée.

Sur le 13, j'ai pu voir passer Sandrine et Michel, deux camarades de l'UCPA que j'ai accompagné sur quelques mètres avant de voir enfin débouler Dylan, encore pleins de ressources mais très loin au classement (au-delà de la 1500ème place). Je fais la dernière montée avec lui avant qu'il fasse un final en mode avion, au sprint, pour finir peu avant 1h41 de course.

Sur le 23, nous attendons le passage de Nicolas qui le boucle de belle manière en 2h00 environ avant que Patrick et Karim n'en terminent à leur tour un peu plus tard. Ce n'est qu'après midi que je quitte le parc de Noisiel, plus de deux heures après mon arrivée.

En accompagnement de Dylan, grand sourire, à l'entame de la dernière côteEn accompagnement de Dylan, grand sourire, à l'entame de la dernière côteEn accompagnement de Dylan, grand sourire, à l'entame de la dernière côte

En accompagnement de Dylan, grand sourire, à l'entame de la dernière côte

Le résultat

Au final, je termine à la 70ème place au classement, sur 1712 classés à l'heure actuelle.

Je finis à la 4ème position de la catégorie espoir, à 3 minutes des trois premiers, sur 21 classés.

Enfin, mon chrono est parfaitement dans mon objectif et j'en suis plutôt satisfait avec 55 minutes et 38 secondes au compteur ! Plus de neuf minutes de mieux qu'il y a deux ans et une moyenne d'un poil plus de 14km/h tenue tout le long de la course.

 

Et maintenant...

Eh bien, ça y est ! Le prochain rendez-vous est mon plus important de l'année. En effet, dans 6 jours, le samedi 2 juillet à 7h00, je vais prendre le départ de la Montagn'Hard60. 60 kilomètres dans les Alpes avec presque 5000 mètres de dénivelé positif, un véritable défi pour moi. Beaucoup d'altitude, des montées très raides et longues, une première.

Apprécier, prendre du plaisir, ce sera mon objectif. Mais évidemment, le défi est de boucler la course, peu importe le chrono. J'aimerais arriver avant la tombée de la nuit mais tant que je passe la ligne d'arrivée, le plaisir sera des plus intenses !

Dernière photo à l'attaque de l'ultime difficulté du parcours, dans le Parc de Noisiel

Dernière photo à l'attaque de l'ultime difficulté du parcours, dans le Parc de Noisiel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents