Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[10/04/2016] TRAIL DU JOSAS

Publié par David Gueudet sur 10 Avril 2016, 13:26pm

Catégories : #COURSE À PIED

[10/04/2016] TRAIL DU JOSAS

Semaine d'avant-course

Dimanche dernier, je terminais les 3250m et le 10km des foulées longperroises dans un relatif bon état de forme. Si bien qu'après un jour de repos (boulot + 1,4km d'alternance nage-course en piscine lundi), je courrais dès mardi. Le 05 avril donc, après 13,5 kilomètres de vélo, j'attaquais une sortie course à pied avec Arnaud à Sucy-en-Brie. 1h46 pour une boucle de la Marne de près de 20 kilomètres, une agréable sortie de fin de journée.

Malheureusement, impossible pour moi de repartir de Sucy après notre entraînement puisque ma voiture ne démarre plus... L'on passe me chercher mais voilà que je vais devoir faire sans ma voiture pendant au moins une semaine et demi (panne du calculateur de la pompe à injection). C'est donc à vélo que je fais mes déplacements pour le boulot les jours suivants soit 37 kilomètres mercredi, 14 jeudi et 15 vendredi. À cela s'ajoutent 50 minutes de squash et 1h30 de badminton (mercredi), 3h10 de badminton (jeudi) et 1h20 de badminton (vendredi), soit un bon petit volume d'activité physique avant le week-end.

Et voilà que j'attaque un week-end lui aussi assez sportif ! Samedi, je démarre avec le cours de VTT que je donne à l'école multisports de Chelles. Plus de 35 kilomètres l'aller-retour et la séance cumulés. Dans la foulée, je file à Paris pour participer à la deuxième édition de la No Finish Line de Paris (je ferai un compte-rendu si j'y retourne lundi soir). J'y retrouve Sothéa qui participe au 24h officiel. Je parcours ainsi 21 tours du Champ de Mars pour un total de 27,384 kilomètres en près de 3h00 (alternance de course à maxi 12km/h et de marche).

Enfin, ce dimanche, j'aborde donc le Trail du Josas avec assez peu de jus mais tout de même une forme physique correcte. Il vaut mieux car à part au Trail du Viaduc des Fauvettes (50km), je n'ai jamais fait autant de kilomètres que ce qui est prévu (35 pour 800 mètres de dénivelé positif).

L'avant-course (dimanche)

Après un réveil difficile, je pars dans une relative précipitation pour Jouy-en-Josas. La course se déroule dans les Yvelines mais à la frontière avec l'Essonne donc ce n'est qu'à une quarantaine de kilomètres. Ouf car du coup, j'emprunte la voiture de mon frère. J'arrive sur place à temps, je récupère mon dossard (le 356) et mon tee-shirt de finisher (oui, avant la course..). J'enfile mon collant long, mon t-shirt collant à manches longues, le tee-shirt Kikouroù et le t-shirt du Trail. Il a beau faire un beau soleil (et la météo va ainsi rester parfaite tout le long de la course !), il fait quand même assez frais. L'on va courir dans les bois, mieux vaut avoir un peu trop chaud que trop froid. Après la semaine pluvieuse écoulée, le terrain est bien gras. Tant pis, je mets tout de même mes chaussures Salomon, cela les mettra à l'épreuve et il faut que je m'habitue à courir avec. Enfin, casquette, gants et bien sur, mon sac à eau. Une fois n'est pas coutume, je l'ai rempli d'un peu plus d'un litre.. d'eau. J'ai aussi pris 4 gels avec moi, au cas où. Au final, je n'en consommerai qu'un mais je viendrai à bout de toute mon eau.

La course

Le parcours

C'est la deuxième fois que je viens courir dans les Yvelines (après la Petite Origole où je n'ai pas spécialement pu apprécier le paysage...). Par contre, nous ne sommes pas loin de Vauhallan où j'ai couru le Castor Fou et le Castor Garou (un régal de parcours à chaque fois).

C'est en grande partie par rapport au parcours que je me suis inscrit à cette course. Sur le papier, les 800 mètres de dénivelé positif et les 35 kilomètres à parcourir m'ont attiré. De plus, les retours sur Kikouroù des éditions précédentes et la superbe vidéo de la course de l'an passé de Bruno Poulenard (visible sur Youtube) donnent bien envie.

Concrètement, j'ai beaucoup aimé. Des difficultés éparpillées sur l'ensemble du tracé, de chouettes paysages (points d'eau, vue en hauteur dans les bois) et assez peu de bitume. L'on sent que l'on est dans l'esprit Trail malgré que l'on soit en région parisienne, c'est ce qui me plaît d'ailleurs sur les trails de l'Essonne également.

Il y a quelques portions qui ne sont pas extras mais il faut bien rejoindre les meilleures parties et pour les relier, il faut forcément un poil de bitume, quelques lignes droites, quelques plats. Mais globalement, pas mal de montées, de descentes, de singles. En bref, ce que j'aime. En début de parcours mais aussi vers la fin, la gadoue corse le tout avec parfois, de bonnes séquences boueuses.

Le dénivelé est plutôt bien réparti sur le parcours, l'on ne s'ennuie pas et l'on ne se prend pas toutes les difficultés d'un coup. Certains enchaînements sont toutefois bien durs. Par contre, j'ai été surpris sur les derniers kilomètres (qui m'ont franchement paru bien longs) de retrouver autant de nouvelles montées à franchir. C'est top car il faut s'arracher en fin de course mais pfiou, c'est dur quand on s'attend à ne plus avoir qu'à dérouler. Cela m'apprendra à ne jamais regarder le profil des courses que je fais !

À priori, nous avons plutôt eu 36 kilomètres que 35, ne m'étonnerait pas. J'ai beaucoup aimé mais cela a parfois été bien dur quand même.

Les sensations

Clairement, ce n'est pas avec le plus de jus possible que je débute la course. Mon état de fraîcheur n'est pas optimal. Cependant, je pense nettement être en mesure de venir à bout de 35 kilomètres et des jolis 800mD+ qui l'accompagnent. Je pars très prudemment, en ne me mettant pas à l'avant de la course au départ (il faut voir le plateau de leaders !). Pas d'objectif particulier (ni de classement, ni de temps). J'y vais donc au feeling avec la seule envie de finir (ce qui n'a pas été le cas lors de ma seule course dans le 78 jusqu'alors).

Avant la course, j'ai ressenti une gêne légère au genou gauche, je suis méfiant. Finalement, je vais avoir plusieurs petites alertes mais aucune véritable douleur (une fois le genou gauche, quelques fois l'arrière de ce dernier, parfois aussi le gros orteil du pied droit [ampoule ? Finalement non]). Mais physiquement, cela va plutôt pas mal.

Sur les premiers kilomètres, j'ai accéléré très progressivement avant de me retrouver à ma place. J'ai couru quelques centaines de mètres avec Julien (un kikoureur) mais je l'ai laissé filer car il avait de meilleures jambes que moi.

Au fil des kilomètres, j'ai baissé un peu en allure mais en conservant du début à la fin un rythme assez semblable. À chaque descente, je déroule en y aller prudemment avec les genoux. À chaque montée (parfois bien raides, des murs qui suivent de belles descentes), je marche en tâchant de ne pas trop subir). Sur chaque plat, je relance, plus ou moins efficacement. Les faux-plats montants et les portions sur bitume me cassent, les singles et les faux-plats descendants me reboostent généralement bien.

Parfois, j'ai doublé des coureurs. D'autres fois, je me suis fait doubler. Mais globalement, cela a été plutôt équilibré. Nous nous sommes souvent tenus avec certains que je rattrapais dans les descentes puis qui me grignotaient un peu sur les montées. Nous avions la même allure sur le plat. Je suis resté à une position assez stable pendant tout le déroulement de la course.

Au final, dans la difficulté, je viens à bout de ces 35 ou 36 kilomètres. Je suis bien cuit mais je n'ai mal nul part. J'en ai bavé mais j'ai franchi la ligne d'arrivée sans jamais douter que je la passerais. À voir les prochains jours mais le corps a l'air de bien avoir encaissé la distance et la difficulté. Tant mieux car ce qui l'attend est pas mal aussi...

Les ravitaillements

Je me suis régalé ! Sur les trois ravitaillements du parcours, j'ai bu un peu de coca, mangé un peu d'orange, de pomme mais aussi du saucisson (je n'avais jamais essayé, c'était l'occasion). Un peu de fromage aussi. J'ai consommé pendant la course un seul de mes gels et toute la consistance de mon sac à eau (j'en ai tout de même eu jusqu'au franchissement de la ligne d'arrivée). Et au ravitaillement final, je me suis bien régalé aussi (deux verres de coca, du saucisson, du fromage, des tucs, de l'orange, de la pomme, de la banane, des carrés de chocolat). J'en ai profité, sans abus mais ça fait du bien !

Enfin, spécificité du Trail du Josas, nous avons à l'arrivée la possibilité d'aller récupérer une bière (pas pour moi !) et une assiette de Paëlla. Bon, je suis assez compliqué niveau nourriture alors le riz avec du poisson et de la viande, ce n'est pas ce que je préfère. Cependant, j'ai tout de même mangé une bonne part de la grosse assiette que l'on m'a servi. Il faut dire que les quantités de nourriture sont très conséquentes et que les cuisiniers y vont avec générosité dans le service. Un yahourt local accompagne le plat (pas pour moi non plus). Je ne suis pas fan des plats proposés mais je trouve cela tout de même assez formidable vues les parts servies et l'originalité. Cela ravit en tout cas bien des coureurs qui ne sont souvent pas les derniers pour manger des bons plats !

.

Classement, chrono et bilan

Finalement, je termine la course en un poil moins de 4 heures (si j'avais eu à me fixer un objectif chronométrique, c'eût été celui-ci). Je finis en 3h56'02 à la 117ème place sur 379. Je suis 2e espoir.. sur 2. Seul le premier était récompensé, il finit en 3h45

En bref, ouille que les jambes sont lourdes et que la fatigue est présente mais je me suis tout de même régalé dans tous les sens du terme. Aucune douleur physique pour le moment donc c'est parfait ! Et j'améliore ma deuxième meilleure marque en nombre de kilomètres parcourus sur une course officielle.

Côté organisation, accueil et bénévoles au top. Signalisation presque impeccable. Juste eu quelques doutes à certains moments (lucidité manquante ou balisage approximatif voire "dégradé" par les passages de cyclistes ou passanpassants).

Sortie du ravitaillement - Kilomètre 23Sortie du ravitaillement - Kilomètre 23

Sortie du ravitaillement - Kilomètre 23

Kilomètre 35 - Photos par Trace&Route
Kilomètre 35 - Photos par Trace&RouteKilomètre 35 - Photos par Trace&RouteKilomètre 35 - Photos par Trace&Route

Kilomètre 35 - Photos par Trace&Route

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents