Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[03/04/2016] FOULÉES LONGPERROISES

Publié par David Gueudet sur 3 Avril 2016, 11:48am

Catégories : #COURSE À PIED

[03/04/2016] FOULÉES LONGPERROISES

Il y a quelques semaines, j'ai recherché des courses courtes pas trop éloignées pour m'essayer aux très courtes distances et à la vitesse. Désormais adepte des courses de gestion, trails avec un minimum de dénivelé et de distances souvent supérieures à 30 kilomètres, je conserve l'envie de me tester sur du rapide. Ma pratique du Badminton me permet de travailler un peu les accélérations. Je n'aime pas courir sur bitume et je ne suis pas un bon teneur d'allure rapide mais les défis, ça me booste toujours. Je me suis donc inscrit pour la course populaire des foulées longperroises. Une boucle de 3250 mètres dans Longperrier, non loin de là où je travaille les mercredis après-midi (St-Mard). Depuis mon inscription, j'ai réfléchi à mon programme d'entraînement qui se constitue toujours essentiellement de courses et de sorties OFF pour moi tant je ne suis pas fan de courir en solo. De ce fait, j'ai l'intention de m'inscrire sur place pour le 10 kilomètres qui démarre 30 minutes après le départ du 3250m. Niveau timing, pas de soucis. Par contre, niveau performance, je ne peux pas espérer grand chose, n'ayant aucune préparation pour ces distances.

Ce dimanche matin, je suis plutôt bien réveillé et j'ai très envie de me défouler. La veille, nous nous sommes fait balayer avec Damien, mon partenaire de double hommes aux Régionaux de Badminton, à Jouy-le-Moutier. Un match et une élimination directe très sèche. Les foulées longperroises, c'est le moyen de me dépenser un peu ce week-end. Il y a bien eu le vélo samedi matin mais ça reste du vélo et ma dernière sortie course remonte à jeudi avec le off des 100 marches à Champigny.. Physiquement, je ne ressens pas la moindre gène liée à cette séance bien particulière donc tout est OK de ce côté là. Et en plus, deux autres facteurs positifs se mêlent à tous ces éléments ! D'une part, la météo est idéale (soleil et entre 10 et 15°C sans vent), ce qui est très agréable pour partir léger sur la course. D'autre part, je retrouve sur place Sothéa, partenaire du Relais du Tremblay il y a quelques mois. Dans une semaine, lui le spécialiste des courtes distances, il s'engage dans un défi fou avec une participation aux 24 heures officielles de la No Finish Line de Paris où je viendrai l'encourager le samedi après-midi en courant quelques tours à ses côtés. En plus, Sothéa est double tenant du titre sur le 3250m de Longperrier, il essaie de réaliser le triplé !

À titre personnel, j'aborde les deux courses qui m'attendent sans aucun objectif si ce n'est de terminer les deux distances bien sur. Avant le départ, j'ignore si le 3250 mètres sera mon échauffement pour le 10 kilomètres ou si ce dernier sera la récupération active du premier.

À 9h30, nous sommes 19 ou 20 sur la ligne de départ. Il y a là pas mal de jeunes coureurs du club voisin de Dammartin-en-Goële car sur cette course, seuls le classement scratch et les classements minimes et cadets sont pris en compte pour les récompenses. Au coup de pistolet du starter, je prends la foulée de Sothéa qui m'a dit qu'il démarrerait tranquillement pour accélérer ensuite. Je comprends très vite que les places se figeront rapidement. Devant, une flèche senior de Bussy-Saint-Georges s'envole. Ensuite, c'est Sothéa qui est le dauphin de la course. Nous attaquons d'entrée une belle côte après à peine 200 mètres, la difficulté majeure du tracé. La sélection s'y fait aussi très vite, je me retrouve quatrième, sur les talons d'un jeune cadet de Dammartin et devant un autre jeune de ce même club et un autre senior.

Dès lors, ma position ne va plus évoluer jusqu'à la fin de la course. Je reste longtemps dans la foulée du cadet sur un parcours qui me plait bien. Nous sommes sur bitume mais c'est un goudron assez usé et surtout, il n'y a jamais de ligne droite plate. Il n'y a que des faux-plats montants et descendants, des virages, des remontées, des petites descentes. Il y a la belle côte du début puis sur le final, un bon petit faux-plat montant qui nous mène vers la redescente et la dernière ligne droite.

Finalement, je passe ma course à avoir en ligne de mire Sothéa un peu au loin et le jeune cadet peu devant moi. Je le laisse filer vers le milieu de la course, ne sachant pas trop comment gérer mon allure sur ce genre de distance et gardant en tête que je vais avoir trois tours de plus à faire sur cette même boucle en parcourant le 10 kilomètres. Sur la troisième partie de course, je grignote sur le coureur qui me précède, je reviens un peu mais il accélère dans le final tandis que je gère ma fin de course, n'ayant personne derrière moi pour me forcer à aller plus vite. Je termine donc au pied du podium, 4ème de la course, ce que je considère comme pas si mal étant donné mon inexpérience sur la distance et mon absence d'entraînement pour cette discipline. Je suis 1er espoir sur 2, l'autre espoir n'ayant à priori pas pris le départ mais ayant finalement fait le 10km. Mon chrono est de 13 minutes et 14 secondes soit environ 14,7 km/h. Je finis à 30 secondes de Sothéa et 20 du cadet qui complète le podium.

Un petit morceau d'orange et je file à la voiture récupérer mon autre tee-shirt sur lequel j'ai déjà accroché mon deuxième dossard. Pour le 3,25km, j'ai couru avec le tee-shirt noir de l'Oxy Trail et le dossard 62. Pour le 10 km, ce sera le maillot vert de l'Oxy Trail et le dossard 152. Grâce à la météo, je cours léger avec mon cuissard court en bas, un simple tee-shirt et mes chaussures Asics. À 10h00, c'est reparti pour 3 tours et Sothéa m'accompagne ! Il n'est pas inscrit à la course mais nous allons la faire ensemble en mode récupération. Le temps est très agréable et les jambes ont besoin de tourner un peu.

Nous partons très doucement, du fond de peloton, à petite allure. Nous en profitons pour discuter et reprendre un peu de fraîcheur. Clairement, nous faisons les deux premières boucles à un rythme de croisière. Nous sommes sans doute sur des bases de plus de 55 minutes de course, à moins de 12km/h. Le parcours vallonné passe tout seul mais nous n'avançons pas, volontairement. Nous sommes vraiment en footing, même pas à une allure de trail.

Finalement, nous accélérons progressivement à l'entame du troisième tour, après avoir été doublés par les deux premiers qui en finissent. Dès lors, nous nous rendons compte que nous sommes derrière bien des coureurs que nous avons généralement assez loin derrière nous sur les courses. Petit à petit, nous pac-manisons (comme le diraient certaines connaissances), c'est-à-dire que nous reprenons un à un les coureurs qui sont devant nous. Et un, et deux, et trois. Oh, et puis il y en a encore 3 devant que l'on peut largement rattraper. Voilà qui est fait mais regarde, il y en a encore un, et une autre, et encore une. Allez, on arrête après celle-ci. Oh mais non, il y en a encore un devant...

Fini de rigoler donc, nous sommes entre 14 et 15 km/h sur la dernière boucle et nous doublons beaucoup, une bonne vingtaine de coureurs si ce n'est plus. Ils n'ont pas le même rythme que nous, nous les déposons mais sans jouer les flambeurs. J'ai beaucoup de respect pour tous ces coureurs de milieu et fond de peloton qui passent plus de temps que nous sur les courses, souvent dans le dur mais toujours avec du plaisir et un certain challenge. Cependant, nous avons quand même un standing à conserver. Certes, nous sommes en récup' de la course courte mais on ne peut pas laisser tout le monde finir devant nous. Sur les dernières centaines de mètres, nous doublons trois femmes éparpillées et nous avons un dernier coureur en ligne de mire. L'allure est beaucoup plus soutenue, je commence à être un poil dans le rouge, je dis à Sothéa que je ne souhaite pas le reprendre. Sothéa accélère tout de même et forcément, je suis son allure, 2/3 mètres derrière mais je m'accroche, exactement comme au Relais du Tremblay quand nous avions à doubler une équipe qui craquait sur la fin et que j'ai terminé au mental uniquement..

Du coup, nous dépassons le coureur facilement, il n'en peut plus. Moi, les jambes sont finalement bien au taquet. Allez, dernière petite remontée, virage à gauche pour redescendre vers l'arrivée, ça passe tout seul et dernier virage à gauche pour l'ultime ligne droite. Sothéa est devant moi, je fais un bon petit sprint, comme je les aime sur 10 kilomètres. Comme à Bussy l'an dernier, je finis en trombe, ayant presque du mal à m'arrêter avant la fin des barrières où l'on nous récupère la puce et nous donne un sac.

Au final, je termine 59ème du 10 kilomètres, sur 102 finishers (un abandon). Je suis encore une fois au pied du podium, 4ème espoir sur 5 ! Clairement, finissant à moins de 4 minutes du 3ème, si je n'avais fait que le 10 kilomètres, j'aurais certainement fini devant. Mais c'est le jeu, je me suis amusé à faire les deux distances et c'est bien là l'essentiel. Quel plaisir avec ce temps et c'est toujours sympa de partager cela avec Sothéa. En bilan, sur un parcours vallonné, le chrono du 10 n'est même pas affreux pour moi avec 49 minutes et 18 secondes, moins de 50 minutes. Il faudra peut-être que je me refasse un 10 kilomètres à une période plus propice. Là, j'ai pu voir que je suis en bonne condition physique, de bon augure avant le nouvel enchaînement du week-end prochain (No Finish Line le samedi après-midi et Trail du Josas 35km le dimanche matin). Mais que c'est bon de profiter de sympathiques manifestations sportives bien organisées ! Même si forcément, un petit podium aurait été top pour compléter le tout. Je n'en ai pas été loin à chaque fois mais il faut de toute façon faire des choix ! Là, j'ai décidé de me faire plaisir sans objectif de résultat.

[03/04/2016] FOULÉES LONGPERROISES
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents