Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes expériences sportives

Mes expériences sportives

Courses à pied, tournois de Badminton & récits en tous genres


[13/06/2015] CASTOR FOU

Publié par David Gueudet sur 15 Juin 2015, 08:08am

Catégories : #COURSE À PIED

[13/06/2015] CASTOR FOU

Le 13 juin 2015, en plein cœur de ma saison de course à pied désormais bien lancée, j'attaque un gros morceau ! En effet, après l'annulation de l'Urban Mud Race initialement prévue le 14/06, je me suis inscrit à une course qui me tente beaucoup ! Il s'agit du Castor Fou, une course verte qui se déroule à Vauhallan dans l'Essonne (91). J'ai le choix entre 12 et 25 kilomètres. Malgré le dénivelé annoncé, je choisis la plus longue distance pour une préparation de l'Oxy Trail dont je fais le 23 kilomètres cette année. Je passe donc aux choses sérieuses !

En amont de la course, l'on m'indique que le Castor Fou est doté d'un parcours exigeant. Je m'attends donc à ce que ce soit bien dur. Et en effet, c'est immédiatement ce que je pressens en arrivant à Vauhallan samedi sur les coups de 15h00. Il n'y a pas de plat du tout dans ce coin ! Je me stationne, je récupère mon dossard (N°144) et je me prépare... En commençant par une phase de repos dans la voiture. Puis je m'équipe et je rejoins le lieu de départ de la course. Encore un peu de repos à l'ombre (car il fait chaud). Et ça y est, c'est parti, à 18h15 ! Nous partons tous ensemble, coureurs du 12 et du 25 car nous ne nous séparerons qu'au 9ème kilomètre. Il nous est indiqué en avant course que la course du 25km sera.. un peu plus longue que prévue, environ 25.7 kilomètres. Je pars chaussé de mes Supernova Riot 6 testées à Marolles il y a deux semaines et avec 1 litre d'isostar à l'orange dans mon sac à eau que je teste en situation de course à pied pour la première fois (test concluant par ailleurs).

Une côte nous attend dès les premiers hectomètres de la course avant de quitter peu à peu le bitume pour aller vers les bois et champs. Il faut trouver sa bonne allure dans un peloton chargé. Les kilomètres défilent progressivement mais doucement. Nous nous retrouvons en file indienne pendant quelques dizaines de mètres avec la quasi-impossibilité de doubler, mieux vaut être parti au bon rythme. La course est assez difficile mais rien d'insurmontable. C'est vers le kilomètre 15 que les choses se compliquent sérieusement. À partir de là et pendant près de 10 kilomètres, nous enchaînons les raides ascensions dans les bois et les descentes toutes aussi raides. Je me retrouve souvent à mener un peu le rythme d'un petit groupe, à allure modérée. Ce sont sans arrêt des relances sur le plat (rare) et la descente puis l'on grimpe tranquillement les côtes, en marchant. C'est très casse-patte, c'est éprouvant, mais que c'est bon de se confronter à ce genre de tracé !

Les kilomètres s'écoulent très doucement mais surement. Évidemment que je vais la finir cette course ! Et sans chuter, contrairement à certains, sur ce parcours parfois piègeux tout de même. J'ai souvent à mes côtés un coureur bougon, très râleur, cela m'amuse plutôt. Personnellement, je profite. C'est dur, c'est parfois vraiment pas évident mais c'est bien pour cela que l'on est là ! Ravitaillement au 19e kilomètre, quelques morceaux d'orange et du sucre et ça repart. Ça continue de monter régulièrement. Avec certains coureurs, l'on se double fréquemment, selon les allures en montée ou en descente, cela s'équilibre. Au final, je finis plutôt bien. En revanche, kilomètre 23, je commence à ressentir des départs de crampes. Je serre les dents, je ralentis un peu. Finalement, cela passe. Kilomètre 24, j'en remets une couche. C'est encore finalement assez loin de l'arrivée mais ça sent la fin tout de même. Je file vers la ligne d'arrivée, motivé et je la franchis avec soulagement et joie.

Ravitaillement de l'arrivée, je termine les dernières gouttes d'isostar puis je prends des verres de coca, de sirop, un peu d'orange. Je n'ai pas envie de grand chose d'autre. Je me pose et j'attends les résultats. À l'ombre, cela se rafraîchit un peu. Finalement, les podiums démarrent avant l'affichage des résultats complets (seuls les 170 premiers sont affichés environ). Je suis le seul espoir appelé, premier de ma catégorie assez loin devant les deux autres coureurs de ma génération. Je finis 185ème sur 387 classés au scratch, 1er espoir sur 3 donc avec un temps de 2 heures 43 minutes et 51 secondes. Je ne m'attendais pas à une telle durée de course mais il faut dire que les 25.7 kilomètres et environ 550m. D+ ne sont pas faits pour un chrono rapide, surtout quand c'est la première fois que l'on se confronte à une telle distance et à autant de difficultés.

Un excellent bilan personnel en tout cas, je suis ravi d'avoir bouclé cette sympathique course. Aucun soucis aux pieds, pas de manque de boisson donc un équipement nickel. Chaud mais pas trop vues les conditions. Un régal !

[13/06/2015] CASTOR FOU

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents